L’urticaire grippale : symptômes, causes et comment le traiter

L’urticaire grippale est une maladie qui affecte la peau. Quelques signes et quelques symptômes peuvent vous aider à reconnaitre cette maladie.

Causes

La cause n’est pas identifiée. Ce n’est pas une maladie héréditaire, mais elle peut parfois être associée à la varicelle, à la leucémie lymphocytaire, à l’hépatite virale, à la mononucléose et à certaines maladies infectieuses. L’Organisation nationale pour les maladies rares explique que l’urticaire grippale est la forme la plus courante d’urticaire.

Signes et symptômes

Elle apparait lorsque la peau a une réaction anormale au froid. Exposer votre peau à des températures basses peut la rendre rouge et enflée.  D’autres symptômes comprennent la fatigue, l’anxiété, la fièvre voire les évanouissements. Les éruptions causées par le froid se développement habituellement entre 3-5 minutes puis durent 1-2 heures.

L’Organisation Nationale pour les Troubles Rares explique qu’il y a 2 sous-catégories d’urticaire. La première s’appelle l’urticaire primaire et elle survient 10 à 30 minutes après l’exposition au froid. Elle est suivie de rougeurs, de démangeaisons et d’une sensation de brûlure. Elle ne dure pas plus de 30 minutes.

Le second est l’urticaire réflexe qui se produit lorsque la température du corps baisse après avoir été exposé à des applications froides.

Traitement

Il existe de nombreuses façons de traiter l’urticaire. Certains antihistaminiques comme le Zyrtec et le Claritin peuvent aider à traiter ses symptômes. D’autres traitements comprennent des corticostéroïdes, dérivés synthétiques du cortisol, qui est un stéroïde naturel.

 

Causes et symptômes du psoriasis et les vitamines qui vous manquent

Le psoriasis est une maladie du système immunitaire, qui favorise la construction de cellules sur la surface de la peau, causant ainsi des plaques rouges douloureuses.

Même si le psoriasis est une affection cutanée, il s’agit en fait d’une maladie auto-immune qui survient lorsque les lymphocytes T attaquent les cellules saines de la peau. Les lymphocytes T hyperactifs visent le système immunitaire qui, à son tour, réagit en produisant plus de cellules. Ces dernières remontent alors l’épiderme et s’étendent sur la peau.

Comme les cellules mortes de la peau ne peuvent pas être facilement enlevées, elles s’accumulent dans les plaques, typiques du psoriasis. Ce cas affecte fortement la vie quotidienne de ceux qui en souffrent.

Les personnes atteintes de psoriasis sont plus sujettes à d’autres maladies, comme l’hypertension, les maladies cardiaques, le diabète de type II et les maladies oculaires.

Pour les patients atteints de psoriasis, il est recommandé de maintenir leur taux de vitamine D entre 50 et 70 ng/ml toute l’année. La vitamine D est un puissant modulateur immunitaire et joue un rôle important dans la lutte contre des maladies comme le psoriasis.

Selon une étude, “la vitamine D pourrait avoir des effets immuno-modulateurs importants dans le psoriasis ; jusqu’à 80 % des patients en hiver et 50 % en été étaient carencés en vitamine D.”.

La vitamine D attaque le psoriasis à plusieurs niveaux. Elle permet la régulation des cellules saines de la peau et affecte directement les cellules T toxiques étant donné que la vitamine D les inhibe.

Les traitements actuels du psoriasis sont coûteux et risqués. Un des médicaments, Raptiva, a été retiré du marché pour avoir augmenté le risque d’infections cérébrales.

En 2004, le professeur Michael Holick a publié un livre dans lequel il encourageait les lecteurs à s’exposer davantage au soleil. Le Dr Michael Holick était professeur de dermatologie et ses travaux étaient axés sur des maladies comme le psoriasis et les traitements. En fait, il a reçu le Psoriasis ResearchAchievementAward de l’American Skin Association.

« En effet, j’étais dans le département de dermatologie et je continuais à faire de la recherche sur le psoriasis. Mais une fois que j’ai commencé à recommander une exposition au soleil raisonnable pour que le corps absorbede la vitamine D, ce qui va à l’encontre du message de l’American Academy of Dermatology. On m’a alors demandé de quitter mon poste de professeur de dermatologie, chose que j’ai fait en 2004…

L’American Academy of Dermatology recommande toujours de ne jamais être exposé à un seul rayon de soleil direct pendant toute sa vie. »

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.