Les signes avant-coureurs du cancer du côlon que vous ne devriez jamais ignorer et comment le prévenir

 

Le côlon fait partie du gros intestin, qui est la dernière partie du tube digestif. Sa longueur peut varier de 150 à 220 cm. Sa fonction principale est de réabsorber les fluides, de traiter les déchets du corps et de préparer son élimination.

 

Le cancer du côlon, appelé cancer colorectal à des fins médicales, est l’une des maladies malignes les plus courantes. En fait, le cancer colorectal est la troisième cause de cancer chez les hommes et la quatrième chez les femmes aux États-Unis. Cet article examine les causes les plus courantes du cancer du côlon, ses symptômes précoces, les méthodes de traitement et le régime recommandé pour cette maladie.

 

Les signes avant-coureurs du cancer du côlon que vous ne devriez jamais ignorer et comment le prévenir

 

Quelles sont les causes du cancer du côlon

 

Le cancer colorectal désigne les tumeurs à l’intérieur du côlon qui se développent généralement à partir de polypes. Les polypes dans le côlon doivent certainement être éliminés afin d’empêcher leur développement futur en cancer du côlon lorsque les cellules commencent à se diviser, formant ainsi une tumeur. Les tissus environnants peuvent également être touchés et les cellules cancéreuses peuvent se détacher de la tumeur primitive et créer des métastases dans d’autres parties du corps. Le pire des cas survient lorsque le cancer du côlon se propage au foie.

 

Il existe un certain nombre de facteurs de risque, notamment la prédisposition génétique, les antécédents familiaux, la maladie de Crohn et les inflammations du côlon fréquentes.

 

Les autres facteurs de risque comprennent les modes de vie malsains, en particulier l’inactivité physique, le surpoids, ainsi que le tabagisme et la consommation excessive d’alcool. Le risque de cancer du côlon est près de 40% plus élevé chez les personnes atteintes de diabète que chez celles qui ne le sont pas. En outre, les femmes atteintes d’un cancer de l’ovaire, de l’utérus ou du sein sont davantage exposées à ce type de cancer, de même que celles ayant déjà eu un cancer colorectal – le risque de réapparition du cancer est élevé, en particulier si ce cancer est apparu avant le 60 ans.

Les premiers symptômes du cancer du côlon

 

Malheureusement, le cancer du côlon ne provoque normalement aucun symptôme à ses débuts. En fait, leur apparition peut prendre plusieurs années, ce qui explique pourquoi il est fortement recommandé aux personnes de plus de 50 ans de subir un dépistage régulier du cancer du côlon.

 

Lorsque les symptômes commencent à apparaître, ce qui se produit normalement aux derniers stades de la maladie, ils diffèrent en fonction de l’emplacement de la tumeur. Il s’agit notamment de diarrhée fréquente, de constipation chronique, de sang dans les selles, d’anémie, de selles minces, de crampes d’estomac graves. Ces symptômes sont souvent accompagnés d’une perte de poids importante, de vomissements, d’une perte d’appétit ou d’une sensation de fatigue et d’épuisement constants.

 

Le problème le plus grave est le fait que les patients demandent généralement des soins médicaux lorsque la maladie est déjà avancée, ce qui réduit considérablement les chances de succès du traitement. Le cancer du côlon peut survenir dans n’importe quelle partie du côlon – il peut apparaître dans le rectum, en particulier chez les hommes, dans la partie médiane du côlon, généralement chez les femmes, et à la jonction avec l’intestin grêle. Bien que les personnes âgées de plus de 50 ans soient les plus exposées à ce type de cancer, son incidence augmente également chez les plus jeunes.

 

Comment diagnostique-t-on le cancer du côlon?

 

S’il y a des signes de cancer du côlon chez un patient, le médecin voudra consigner l’historique complet de ses antécédents médicaux pour rechercher les symptômes et les facteurs de risque, y compris les antécédents familiaux du patient. L’examen physique comprendra un examen minutieux de l’abdomen du patient pour rechercher des masses ou des organes élargis. Un examen rectal numérique (DRE) et un test de sang occulte sont également effectués à ce stade.

 

Le médecin demandera ensuite une numération globulaire complète pour déterminer si le patient présente une anémie (insuffisance de globules rouges), fréquente chez les personnes atteintes d’un cancer colorectal en raison d’un saignement prolongé de la tumeur. Des enzymes hépatiques peuvent également être nécessaires pour contrôler la fonction hépatique d’un patient, car le cancer colorectal peut se propager au foie.

 

Si les symptômes ou les résultats de l’examen physique ou des analyses de sang indiquent un cancer colorectal, le médecin peut vous recommander de procéder à d’autres tests, tels qu’une coloscopie, un scanner ou une échographie.

Pronostic et traitement du cancer du côlon

 

Le cancer du côlon est complètement guérissable s’il est détecté à un stade précoce, lorsque la tumeur est généralement enlevée par chirurgie. Dans ce cas, le pronostic d’un traitement réussi est très bon. Cependant, si les cellules du cancer du côlon se propagent aux ganglions lymphatiques environnants, la chirurgie ne suffit pas, mais elle est généralement associée à la chimiothérapie, à l’immunothérapie ou à la radiothérapie. Bien sûr, il existe certains effets secondaires de chacun de ces traitements.

 

Le fonctionnement du côlon provoque une douleur à court terme, une irritation de la peau autour de la zone opérée, ainsi qu’une constipation ou une diarrhée temporaires. La radiothérapie peut provoquer des vertiges, des modifications de la peau exposées au traitement, une perte d’appétit, des diarrhées, des nausées et des saignements au rectum. Par contre, l’immunothérapie provoque des tremblements, une faiblesse, des nausées et peut augmenter la température corporelle. La chimiothérapie a les effets secondaires les plus graves, notamment les nausées, la diarrhée et les vertiges, les plaies dans la bouche et la chute des cheveux, et rarement les infections et les saignements.

 

Comme mentionné ci-dessus, le succès du traitement du cancer du côlon dépend en grande partie du stade de la maladie. S’il est totalement curable aux stades précoces, la croissance de la tumeur ne peut être stoppée que dans une certaine mesure.

 

Contrairement aux médicaments anticancéreux puissants, qui entraînent normalement une vaste gamme d’effets secondaires, les remèdes naturels peuvent également être utilisés à chaque étape.

 

L’importance de la nutrition dans le traitement du cancer du côlon

 

Un régime basé sur des aliments riches en cholestérol et en graisses augmente le risque de cancer du côlon. La viande rouge, les viandes transformées et les aliments épicés qui contiennent de grandes quantités de sel ou d’additifs contribuent également à cette condition. La farine blanche, le pain et le sucre doivent être évités autant que possible car ils peuvent également provoquer le cancer du côlon. Le régime devrait inclure davantage de céréales, de légumineuses, de champignons, de poissons (il a été prouvé que les poissons gras réduisent les polypes dus aux acides gras oméga-3 qu’il contient) et de poulet.

Il est très important de consommer des aliments riches en fibres et en antioxydants, notamment les fruits et les légumes frais. Il est fortement recommandé de consommer des légumes crucifères, tels que le chou, le brocoli, le chou-fleur et le chou de Bruxelles, au moins trois fois par semaine. Des études ont montré que les personnes présentant une concentration plus élevée de vitamine D dans le corps ont jusqu’à 70% moins de risques de développer un cancer du côlon (un verre de lait écrémé par jour est suffisant pour augmenter votre apport en vitamine D). Le régime alimentaire postopératoire doit être strictement supervisé par une personne qualifiée – un gastro-entérologue.

 

Apple est l’un des alliés les plus puissants dans la lutte contre le cancer du côlon. Des experts chinois ont découvert que les polysaccharides contenus dans les fruits, qui se décomposaient ensuite en oligosaccharides, étaient extrêmement bénéfiques pour le traitement du cancer du côlon. Il a été découvert que ces composés agissaient deux fois plus efficacement que la chimiothérapie du cancer du côlon 36 heures après l’intervention. Les médecins et les nutritionnistes recommandent aux patients atteints de cancer du côlon de manger au moins une pomme par jour pour prévenir la récurrence du cancer. Il est également fortement recommandé d’inclure du vinaigre de cidre dans le régime alimentaire.

 

Plantes et herbes de traitement du cancer du côlon

 

Oignon

 

Les oignons blancs ou rouges sont extrêmement efficaces dans la prévention du cancer du côlon grâce à leurs puissants effets anti-inflammatoires. Des substances soufrées organiques à fort effet anticancéreux sont libérées lors de la coupe ou de la mastication d’oignons. Un oignon par jour suffit à prévenir cette terrible maladie. D’autre part, ce légume est riche en quercétine et en anthocyanes, puissants antioxydants que l’on trouve couramment dans les baies rouges, le persil et l’origan, et utilisés pour la prévention du cancer et des maladies cardiovasculaires.

 

La graine de lin

 

La graine de lin jaune ou brune est riche en protéines, en acides gras oméga-3, en fibres végétales, en minéraux et en vitamines. La consommation régulière de cette graine favorise le nettoyage du côlon en éliminant les substances nocives du côlon. Cette graine hautement bénéfique empêche également la formation de polypes et maintient une bonne santé du côlon. Grâce à la lignine, un puissant antioxydant, la graine de lin prévient le cancer du côlon et d’autres cancers.

 

Thé vert

 

Ce thé est efficace contre de nombreux types de cancer, y compris le cancer du côlon. Des recherches menées sur des rats de laboratoire ont révélé que le thé vert au polyphénol E empêche la propagation des cellules cancéreuses. Un groupe de rats à qui on a donné du thé vert tous les jours a vu leur tumeur réduite de 80%. La dose recommandée est de 4 à 6 tasses par jour.

 

Safran des Indes

Les propriétés médicinales du curcuma sont utilisées dans la prévention et le traitement de nombreuses maladies, y compris le cancer du côlon. Son ingrédient actif, la curcumine, agit comme un antioxydant qui a de puissants effets anti-inflammatoires, détruit les cellules cancéreuses et empêche l’approvisionnement en sang des tumeurs sans endommager les cellules saines.

 

Herbes medicinales

 

Le pissenlit est utilisé dans la prévention et le traitement du cancer du côlon. Cette plante ralentit l’activité des enzymes qui bloquent l’action de composés importants non seulement pour la prévention du cancer, mais également pour la prévention de leur croissance et de leur développement. Des études ont montré que le pissenlit ne causait aucun effet secondaire.

 

En fait, des recherches récentes montrent que le thé de pissenlit peut détruire les cellules cancéreuses tout en laissant les cellules saines intactes.

 

Parmi les autres plantes utilisées pour la prévention et le traitement du cancer du côlon, on peut citer le cumin noir, l’ achillée millefeuille, la mélisse, la sauge, la menthe, la prêle des champs, le millepertuis et la guimauve.

Leave a Reply

Your email address will not be published.